Qui est la personne qui marie les gens ?

0 0 0

    Comme on l’a rappelé le débat sur le mariage pour tous, beaucoup d’entre nous aspirent au même idéal, partagent la même représentation sociale normative : celle du couple, la sacro-sainte famille nucléaire. La plupart d’entre nous aspirent à cet idéal : s’unir à quelqu’un et promettre de passer notre vie avec lui. Toutes nos références culturelles nous renvoient constamment cette image du couple (homme et femme, femme et femme, homme et homme, peu importe…), qui est sacrée par des mécanismes juridiques et économiques qui la condamnent au détriment d’autres formes de vie sociale (célibat ou formes de vie communautaire, le plus souvent condamnées) faveur. Et pourtant, on sait depuis plusieurs décennies que ce modèle est en mouvement. Sera-t-il toujours le modèle social dominant à la fin du siècle ? Rien n’est moins certain…

    A lire en complément : Quel papier pour se marier avec un etranger ?

    Le mythe de la famille

    Énergie nucléaire En fait, nos réalités sociales ne sont plus aussi éloignées qu’elles ne l’ont jamais été. Pour le rédacteur en chef George Monbiot (@georgemonbiot), l’histoire de la famille a toujours été déformée par les conservateurs. Le mythe de la famille nucléaire telle qu’elle était idéalisée aujourd’hui a été créé par les Victoriens, rappelle-t-il. Son développement a été le résultat de problèmes économiques plutôt que spirituels, émotionnels ou moraux et s’est développé au fur et à mesure que la révolution industrielle a ramené la production, c’est-à-dire la production artisanale ou agricole au sein du ménage (ceux qui partageaient le même toit sans ces personnes étaient nécessairement unis par parenté). liens), non viable.

    L’historien John Gillis rappelle également dans son livre A World of Their Own Manufacture : Myth, Ritual and the Quest for Family Values que la famille nucléaire est une invention contemporaine. Jusqu’au 19 ans. Au XIXe siècle, la famille désignait tous ceux qui vivaient dans la même maison, souvent sous l’autorité d’un « père » d’une famille qui, la plupart du temps, n’avait aucun lien de parenté avec la plupart des personnes qui dépendaient de son autorité. Les enfants appartenaient en tant que domestiques, stagiaires et travailleurs dans des maisons autres que celles de leurs parents biologiques, qui eux-mêmes ne formaient pas de ménage en tant que tel. Dans son livre A Childhood Story, Colin Heywood rapporte que le taux d’abandon d’enfants dans certaines villes de l’Europe du XIXe siècle atteignait jusqu’à un tiers et demi. Jusqu’au 19e siècle, le mariage n’était pas l’institution à laquelle nous pensons souvent. Même les naissances hors mariage étaient fréquentes et ne prêtaient pas à controverse. « La tradition familiale invoquée par les conservateurs est imaginaire. Le passé auquel ils se réfèrent est le résultat de leurs peurs et de leurs obsessions. Mais elle n’a rien à nous offrir », déclare Monbiot en conclusion.

    Lire également : Qui mettre à la table d'honneur ?

    Divorcé deux fois, père de quatre enfants de trois femmes différentes, @NicolasSarkozy donne des leçons sur #mariage des autres.

    fumeur – Jérôme Godefroy (@jeromegodefroy) 15 novembre 2014

    Image : Un tweet récent qui souligne l’écart entre les remarques morales des politiciens et la réalité (leurs expériences et celles de leurs concitoyens).

    En route pour une entreprise post-familiale

    Une étude du géographe Joel Kotkin (Wikipedia), dont parle le magazine canadien Maclean, met en lumière le déclin de la famille dans les sociétés les plus développées. Le vieillissement de la population et la baisse de la fécondité sont dus à la baisse du mariage et de la famille, et pas tout à fait le contraire, explique-t-il. Nous vivons dans un monde familial postal, dit-il dans un récent rapport (.pdf). La raison ? Le développement du travail de Les femmes et notre société de consommation, ce qui nous fait préférer une vie solitaire et libre. D’ici 2030, 1/3 des hommes japonais de moins de 50 ans ne seront pas mariés. 70% des femmes vivant à Washington vivent déjà sans enfants.

    Image : The Geography of American Relationship Statuses récemment publié par Flowing Data offre une illustration remarquable du mariage, du divorce et du célibat.

    Image : Dans Londres : The Information Capital, le livre de cartographie londonien publié par James Cheshire et Olivier Uberti, il existe une cartographie de l’état matrimonial de la population londonienne qui montre que le centre de la capitale britannique est principalement constitué d’individus et que les couples mariés ont tendance à s’éloigner de la ville centre, tout comme les couples parisiens avec enfants s’exilent en banlieue.

    Photo : Richard Florida et ses équipes étaient également intéressés par la cartographie des célibataires américains ont récemment rapporté sur CityLab, qui vient de passer à 51,2% de la population américaine. Les célibataires représentent aujourd’hui plus de 50 % de la population américaine et 6 ménages sur 10 dans les métropoles américaines.

    L’idéal familial normatif dont tout le monde nous parle (la pression sociale sur la vie de couple qui a été créée dans un récent article du Monde Magazine sur la naissance évoquée dans le documentaire de Dove Schneck « Femmes sans enfants, femmes suspectes »…) est déjà en train de voler en éclats.

    2040 : la fin du mariage

    La poursuite de la famille n’est pas morte, mais les conditions de vie modernes le rendent difficile, estime Kotkin. En raison du développement de la vie en appartement, de nombreux couples se passent d’enfants, même si ce n’est pas la seule raison… Sans un endroit pratique pour les élever, de nombreux couples renoncent simplement à les avoir. Pour remédier à la crise familiale, il est le rendent plus que nécessaire pour s’intéresser à l’espace de vie. Les banlieues non viables (économiquement, écologiquement… non socialement durables) sont en fait très souvent le dernier refuge de la famille et de la fertilité.

    Le sociologue américain Philip N. Cohen (qui tient le blog Family Inequality, @familyunequal, Wikipedia) et qui vient de publier le livre The Family, Diversity, Inequality and Social Change, va encore plus loin. Selon lui, le mariage est en déclin dans le monde entier. À tel point qu’il annonce avec ferveur sa fin imminente.

    Si l’on regarde les courbes des femmes de 25 à 49 ans mariées par des États américains (États républicains en rouge, démocrates en bleu) aux États-Unis, on constate la même répartition. Le mariage a survécu.

    Le mariage s’est effondré depuis les années 50, et depuis les années 80, cette tendance s’est poursuivie accélère. Si nous continuons simplement les lignes de tendance (sans imaginer de rebonds ou de pas), le mariage devrait disparaître d’ici… 2040.

    Cela ne devrait pas être entièrement le cas, car le déclin du nombre de mariages a considérablement ralenti chez les femmes ayant fait des études supérieures. Cependant, ce ralentissement risque d’être insuffisant et devrait rester marginal par rapport à la tendance sous-jacente, explique le sociologue.

    La panique morale de la fin du mariage !

    En 1996, la Hoover Institution, un groupe de réflexion de Stanford situé près du Parti républicain, a publié des conférences lors d’un colloque intitulé « Le gouvernement peut-il sauver la famille ? ». Pour remédier au déclin du mariage, les experts ont conjointement proposé de mettre fin au soutien aux mères célibataires, d’abolir le divorce par consentement mutuel et d’abolir les pénalités fiscales pour les couples mariés et de « réparer » la culture selon laquelle signifie plaider pour Hollywood afin que les films et les sorties améliorent encore l’image du couple.

    En 2012, 16 ans plus tard, le rapport sur l’état des syndicats (.pdf) formule toujours les mêmes recommandations : « Les dirigeants de notre pays, y compris le président, doivent engager Hollywood dans une conversation sur les idées de la culture populaire sur le mariage et la construction de la famille, y compris des critiques constructives et positives des idées pour aider à changer la description du mariage et de la parentalité dans les médias. »

    Je laisse à chacun de vous le soin de juger si ce travail moral a été fait ou non. Mais à mon avis, l’échec de cette politique, l’illusion qu’elle a sur la réalité du mariage et ses difficultés, n’aident certainement pas à lui redonner son image. Il serait certainement plus constructif de comprendre le mythe du mariage éternel, du prince ou de la princesse charmant, de l’accomplissement de la fusion, du il s’agit de mieux s’accrocher à la réalité… et de permettre aux gens de faire face à une situation présentée comme idyllique et qui est en fait, à la grande déception de beaucoup, beaucoup plus complexe à gérer qu’autre chose. Nous sommes élevés avec des représentations qui présentent le couple de manière souvent passionnée ou fusionnelle, plus que dans leur conjugalité quotidienne, dans leur difficulté à se développer et à se transformer. L’hégémonie de la représentation du mariage, la passion de l’amour, la consécration de leur fusion en tant que figure unique du couple n’aident finalement pas grand-chose à comprendre sa complexité. Et pourtant, cette image semble d’autant plus forte dans notre culture que les réalités des gens s’en éloignent. Nous n’avons jamais autant célébré l’idéal d’un couple s’il n’existe pas. plus.

    Pour soutenir le mariage, vous devez soutenir le célibat !

    « Alors peu de réflexion pour un bilan aussi dévastateur – il suffit de croire que l’augmentation du mariage n’est pas l’objectif principal de ce mouvement », analyse ironiquement Philip N. Cohen.

    Pour arrêter le saignement, selon le sociologue, il faut réduire les désagréments de ceux qui ne sont pas mariés. « Au cours des deux derniers siècles, nous avons largement remplacé les fonctions familiales telles que la production alimentaire, la santé, l’éducation et les soins aux personnes âgées par une combinaison d’interventions de politique de l’État et de marché. En conséquence, même si les résultats sont pour le moins inégaux, notre bien-être collectif s’est amélioré plutôt que diminué, même si les familles ont perdu une grande partie de leur influence sur la vie moderne. »

    Si vous en croyez le livre des sociologues Kathryn Edin et Timothy Nelson, auteurs de Do the Best I Can, un livre consacré à l’étude de la paternité, des lignes directrices pour améliorer la sécurité des pauvres et de leurs enfants tend également à améliorer la stabilité de leurs relations. En d’autres termes, soutenir les célibataires soutient le mariage bien plus que le mariage et les couples.

    Se débarrasser du mariage comme modèle de société

    Il est évident pour tout observateur clairvoyant que nous ne pouvons plus compter sur le mariage — nous ne pouvons plus fonder notre système de protection sociale sur l’hypothèse que tout le monde devrait se marier ou se marier.

    Cependant, cela signifie des avantages sociaux, des avantages fiscaux ou un droit du travail qui favorise les familles des couples par rapport aux autres si nous devons plutôt accompagner ceux qui ont des enfants plus que ceux qui sont mariés. Le mariage est-il et doit-il rester l’un des objectifs de la société ? Pourquoi est-ce que ça devrait être comme ça ? Pouvons-nous le promouvoir davantage, prétendre que c’est la règle de la société alors que ce n’est plus le cas ? Et c’est de moins en moins ? N’est-ce pas un appât pour l’étendre aux couples homosexuels pour nous faire croire qu’il est toujours le modèle alors qu’il n’est plus le modèle ?

    Parce que ce n’est plus le cas. Isabel V. Sawhill, chercheuse associée à la Brookings Institution et auteure de Generation Unbound : Drifting Sex and Parenthood Without Marriage dans le New York Times, le souligne très bien. Le mariage est en train de disparaître. Aux États-Unis, 40 % des mères ne sont pas mariées. S’ils vivent avec leur partenaire au moment de la naissance de l’enfant, la moitié de ces couples se sont séparés avant l’âge de 5 ans.

    La plupart des jeunes adultes « s’orientent vers la parentalité involontaire ». Le mariage avant la naissance est de plus en plus réservé aux jeunes les plus instruits de la société, tandis que les deux tiers des familles qui ont un enfant n’ont pas prévu de le faire. Dans ce contexte, il était temps de créer un pour développer une nouvelle éthique de la responsabilité parentale, explique Isabel Sawhill. « Si nous pouvions revenir à l’époque du mariage dans les années 1970, avant la forte augmentation des divorces et le développement des familles monoparentales, le taux de pauvreté infantile serait inférieur de 20 % à ce qu’il est aujourd’hui. » Dans les années 1970, le développement économique a modifié les normes sociales et ancré de nouvelles valeurs dans notre culture. Les familles monoparentales sont devenues plus communes et socialement acceptables que par le passé. Les chercheurs qui étudient ces familles ont démontré que les femmes de ces communautés ne croient plus qu’il soit réaliste de compter sur les hommes pour leur vie. Ils ont vu ou vécu trop de divorces, d’infidélité ou même de violence pour savoir qu’ils ne devraient pas compter sur un partenaire.

    Faciliter la contraception pour promouvoir le mariage ?

    Aux États-Unis, les libéraux soutiennent que nous doivent accepter cette nouvelle réalité et soutenir les parents isolés en matière de garde d’enfants, de soins, d’aide alimentaire et de logement adapté. Malgré ces efforts, les enfants qui vivent dans des familles monoparentales connaissent des taux de pauvreté quatre fois plus élevés que ceux qui n’en ont pas. Pour Isabel Sawhill, cette éthique est incompatible avec les politiques publiques qui valorisent l’autonomie. Pour les conservateurs, le rétablissement du mariage est le meilleur moyen de réduire la pauvreté et les inégalités. Mais comment cela fonctionne-t-il ? Ni les incitations fiscales, ni les incitations morales ni les avantages n’ont eu d’impact jusqu’à présent.

    Pour Isabel Sawhill, l’une des solutions consiste à aider les femmes à accéder aux contraceptifs et à les rendre plus diversifiés, accessibles et plus longs. Plus que la pilule, il faut promouvoir des contraceptifs réversibles à longue durée d’action… (voir le remarquable article de Marc Zaffran alias l’écrivain Martin Winckler à ce sujet – @MartinWinckler, qui signe une terrible accusation des pratiques de nombreux obstétriciens-gynécologues en réponse aux manifestations édifiantes des femmes qui s’accumulent depuis plusieurs semaines sous le hashtag #PayeTonUterus).

    C’est le meilleur moyen de réduire les grossesses non désirées, explique Isabell Sawhill. Retarder l’âge de naissance des premiers enfants est un moyen de mieux préparer les femmes à l’éducation. « Parce qu’on parle trop de mariage, nous avons perdu de vue le fait que c’est la qualité du rôle parental qui compte vraiment, et pas seulement la structure de la famille. » Et le sociologue a poussé à élargir l’accès aux formes de contraception les plus efficaces. « Si nous pouvions fournir des formes plus efficaces de contraception aux femmes, nous n’aurions pas seulement des enfants en meilleure santé et un meilleur contrôle des naissances. En raison du recul de la pauvreté infantile nous pourrions également limiter le montant du soutien gouvernemental pour soutenir ces processus. »

    Pour Isabel Sawhill, nous avons également besoin d’une nouvelle éthique de la responsabilité parentale. Pour le sociologue, cela signifie de meilleurs systèmes de garde d’enfants, un salaire minimum plus élevé et un soutien adapté à ceux qui ont du mal à prendre soin de leur famille. Pour eux, nous devons remplacer l’ancienne norme sociale selon laquelle « ne pas avoir d’enfants hors mariage » par une nouvelle, « ne pas avoir d’enfants tant que vous n’êtes pas prêts à être parents ». « Les démocraties qui fonctionnent bien reposent sur l’hypothèse que le gouvernement a le devoir de promouvoir le bien-être général. Mais les citoyens aussi. Plus le soutien de ceux qui conduisent est important, plus la dérive est rare. »

    Au-delà de l’idéal du mariage

    Depuis la fin du 19e siècle, nos sociétés occidentales se sont appuyées sur la représentation du couple et du les parents isolés autour desquels nous avons établi des normes sociales, économiques et fiscales afin de promouvoir cette forme d’existence au-dessus de toutes les autres. Il est clair que ce modèle n’a pas fonctionné. Aujourd’hui, ce modèle détruit plus qu’il n’en porte. Est-ce que notre bonheur passe par cette morale, cette norme, cette survie, cette illusion que la société impose à tous lorsqu’elle n’existe plus ?

    Il y en a tellement qui sapent cet idéal. Pour montrer que nos vies sont de moins en moins résolues dans cette projection et que d’autres modes de vie sont possibles. Que le couple est une fiction sur laquelle s’est construite une société.

    Les structures sociales se fissurent partout. La morale, les juges, les services sociaux, la politique, la culture de masse… tentent de perpétuer cette illusion sans pouvoir contenir la réalité. Nous ne pouvons pas construire notre société sur le mensonge, sur des institutions (banques, compagnies d’assurance, marché du travail, logement, impôts…) qui ne veulent pas ouvrir les yeux sur la réalité de la vie des gens en promouvant un modèle social qui n’existe plus nulle part.

    La société ne doit pas être un obstacle moral mais, au contraire, un espace pour sauver ceux dont la vie change et se transforme. Elle tente plutôt de la punir, comme l’écrivaine Virginie l’a parfaitement dit, Despentes dans sa forte réaction aux opposants au mariage pour tous. La société s’efforce de projeter une illusion dans laquelle elle implose elle-même.

    La fin du mariage annonce une nouvelle société, de nouveaux modes de vie et de nouvelles normes… en ce moment ils font partie intégrante de la solitude et du célibat… mais aussi de manière plus timide dans le développement de nouvelles formes de communauté, de vie commune, de colocation, de communauté, de nouvelles utopies de logements groupés… car autant que le Ensemble, la société promeut et valorise ces nouveaux modes de vie. C’est certainement un défi plus important que le défi moral de sauver le mariage.

    Hubert Guillaud

    Sac Tweet

    Catégories de l'article :
    Organisation